Mode de classement :


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z 



Nombre de chants disponible : 452

Retour

Imprimer

J'adore Dieu dont la- puissance: Ich bete andie Macht- der Liebe EG 651.1,2,6; RA 529

 ICH BE°TE AN° DIE MACHT- DER LIE°BE, dans le
 Complément au RA de 1952: les N°501-555
   (RA 529,1-3) EG 651,1.2.6 en Sib(2b)
 Mélodie EG 651:
   fa ré° mib fa° sib do-sib la sib° fa 1=3
   sol sib sol fa° ré fa-mib ré do°/ ~ :|]
   fa ré° mib fa° sib do-sib la sib° fa 3=1 
   sol sib sol fa° ré sol.-fa' mib'-ré' do° +
   fa la° fa sib° fa ré-do sib sib° la 
   sib la sol fa° ré sol-fa mib ré°.-do°. sib°.°
 l.
 J'ado°re Dieu° dont la- puissan°ce 
 se manifes°te en son- amour°:/
 C'est par° Jésus° que je- m'élan°ce 
 pour le servir° mieux en.-' re'-'tour. +
 Au lieu° de vi°vre pour- moi -mê°me 
 je veux m'offrir° à Dieu- qui m'ai°.-°.me°.°!
 2.
 Combien° profon°de est la- tendres°se
 qui fait° pencher° ton cœur- vers moi°!/ 
 Vaincu° en Christ°,le mien- s'empres°se 
 de se livrer°, Sei|gneur.-',à'-' toi° +
 De ton° amour° tu m'en-viron°nes: 
 en m'approchant°,tu me- façon°.-°.nes°.°!
 3.    (st.6 en EG 651)
 Jésus°,fais que° ton Nom- demeu°re 
 gravé au plus° profond- du cœur°!/
 Que ton° amour° soit à- toute heu°re 
 la source de° mon vrai.-' bon'-'heur° +
 pour que° mon af°fection- ,bon Maî°tre,
 jamais ne ces°se d'ap-paraî°.-°.tre°.°!
.......................................
 

D'après: Ich be°te an° die Macht- der Lie°be,|die sich in Je°sus of-fenbart°
De: Gerhard Tersteegen,1697-1769(1757)

Version Allemande:
D'après : Ich bete an die Macht der Liebe
De: Gerhard Tersteegen 1751 st.3 / 1757 (st 1+2) RA 529:1-3; EG2
EG: 651  RA: 529

  Mél:Ich be°te an° die Macht- der Lie°be 
      (RA 529,1-3) EG 651;AL 21-O9; 43-O7
  de: Dimitri Stepanowitsch Borniansky 1822.
      [cf. pour la mélodie L.P.297,1-3: 
       O Dieu de grâces éternelles]
  Text de Gerhard Tersteegen(1697-1769)1757  
      la st 3. de RA 529 correspond à la 
      str 6. du EG 651 et date de 1751. 
  Texte en français: adaptation par Georges 
  Pfalzgraf<(1993: st 1.+2.)et la st 3. =
      6. du EG 651,en 2OO3) 

    La mélodie du premier couplet est reprise
  dans le second couplet sauf à la fin du 
  vers 4  où mél et rythme changent un peu
  pour l'assemblée qui ensuite poursuit son
  chant jusqu'à la fin de la strophe.
  
    Le couplet final se compose de deux vers
  qui se terminent par la même rime. Cela 
  me semble un indice suggestif qui donne
  lieu à un REFRAIN mélodique en relief
  avec chaque fois un autre texte!
  Pour bien le mettre en relief, il suffit que
  le groupe I qui entonna le chant par le
  premier couplet,revienne à la charge à +
  pour joindre ses voix à celles de l'assemblée.
  On obtient ainsi un REFRAIN mélodique en
  emphase avec un texte chaque fois variable
  à la fin de chaque strophe. C'est un plus 
  esthétique et textuel plus riche et de plus
  agréable à l'ouïe]. GP
 
   
           
Administration 11-12-2017 : 1017 visiteur(s)
1123214 visiteurs au total